Pourquoi je ne veux pas de pilule contraceptive dans ma vie.

Aujourd’hui, sur le blog, j’aimerais aborder un thème très personnel, mais un thème sur lequel j’aimerais converser avec vous. Aujourd’hui, sur le blog, j’aimerais parler de pilule contraceptive et autre poison qui tue à petit feu des millions de femmes dans le monde. 
Pourquoi la pilule contraceptive a été créée et comment ? Dans quelles conditions ? Pourquoi la pilule contraceptive est si importante dans la vie des Femmes, mais comment elle peut aussi dépecer morceaux par morceaux notre féminité ?


Disclaimer : je tiens tout d’abord à dire que je ne suis pas une experte en sociologie, ni en gynécologie. Je vous fais part dans mon article de diverses réflexions sur le rôle de la pilule contraceptive, dans la vie des Femmes du monde entier. 

Depuis des années, je m’interroge sur la pilule contraceptive. Et je me suis beaucoup plus interrogée durant mon adolescence. Vous savez… Cet âge ingrat où l’on veut en faire qu’à sa tête… hum, humPilule or not pilule ? Aussi loin que je me souvienne, ma mère me l’a toujours interdite (du moins jusqu’à ma majorité) et sincèrement elle a bien fait ! Elle m’a protégée. Elle m’a protégé de ce poison qui peut nous faire sombrer dans les tumultes des sautes d’humeur et autres problèmes hormonales assez graves. 

Au début, je ne comprenais pas très bien pourquoi elle me l’interdisait. Bah ouais, j’étais adolescente et je comprenais rien à la vie. (Sans pour autant dire que maintenant, j’ai la sagesse absolue 😉) En grandissant, j’ai commencé à beaucoup me documenter sur la Femme, la féminité et maintenant le féminin sacré. Et je me remercie à présent chaque jour qui passe de ne pas avaler ce poison et de ne pas l’avoir avalé. Les livres, les articles que j’ai pu lire m’ont fait froid dans le dos. Et encore aujourd’hui, lorsque je tombe sur certains articles médicaux, j’en ai la boule au ventre. Comment accepter d’avaler un poison ? Un poison qui nous permet de ne pas enfanter alors que l’on pourrait tout simplement « faire confiance » à son cycle. Faire confiance à notre nature profonde. Risquée oui, mais faisable tout de même. Comment des millions de Femmes dans le monde acceptent d’avaler cette petite pilule « magique »? N’ont-elles tout simplement « pas le choix? » Car oui, la pilule peut soigner d’autres maux. Mais il existe bien d’autre médecine qui permettent de soigner des maux. Comme par exemple, mettre des mots sur des maux. Mais ceci sera le thème d’un autre article que j’aborderais sûrement dans le futur. 

Vous l’aurez compris, j’ai personnellement fait le choix de ne pas avaler de poison. Quitte à déplaire à mon partenaire. D’ailleurs au début, cela faisait état d’un étonnement de sa part. Puis, je lui ai raconté. Je lui ai montré les chiffres, les statistiques que la pilule contraceptive peut faire aux Femmes du monde. Et il a compris. J’ai cette grande chance qu’il comprenne. Mais j’imagine que beaucoup d’autres hommes dans le monde ne comprennent pas… Et tant pis pour eux. Cela peut révéler d’un certain discours de féministe extrémiste au regard de certains. Mais je leur répond : « Et vous? Que faites-vous pour protéger votre Femme, votre copine, votre compagne? Que faites-vous pour vous protégez, vous?! »

J’ai fait le choix de ne pas avaler la « pilule magique », car je préfère me (nous) protéger autrement. Je préfère faire confiance à mon cycle. Quitte à ce que mes émotions soient quadruplé à cause des hormones (article sur les cycles lunaires). Je préfère pleurer pour tout et rien plutôt que de me risquer une thrombose ou je ne sais quelle autre merde. Je préfère laisser ma vraie nature faire sa vie plutôt que lui insérer quelque chose dans le corps. Lui insérer quelque chose qui est tout sauf sain. Je préfère manger une plaque de chocolat 4 jours avant mes règles plutôt que m’insérer des hormones dans le corps. Je préfère avoir des boutons à bientôt 30 ans, plutôt que m’insérer quoi que ce soit dans le corps. 

” Alors oui, cela est MA vision des choses. Ma vision de MA vie. Je suis consciente qu’encore beaucoup de femmes aujourd’hui ne peuvent en faire à moindre (pour diverses raisons, médicales comme par exemple l’endométriose). “

On entre à nouveau dans ce que j’aime appeler « le syndrome du patriarcat ». En bref, c’est la Femme qui subit plutôt que l’homme. D’après les chiffres 61% des hommes seraient désireux d’utiliser un moyen de contraception et estiment que ce n’est pas entièrement à leur femme, conjointe, compagne d’en assurer 100% la charge. Et vous savez quoi ? Je dis merci à ces hommes. Je leur dis, merci de se montrer si solidaire. Mais personnellement, je trouve que nous n’avons pas à la remercier, tout simplement, car selon moi, cela devrait être une chose naturelle. Peut-être ne l’est-ce pas pour certaines personne, car après tout c’est la Femme qui porte la vie. Mais c’est le serpent qui se mord la queue, car c’est aussi l’Homme qui la donne. Alors qui des deux doit porter « cette croix »? 

Pour vous raconter brièvement, l’histoire de la pilule contraceptive : elle a été créée en 1951 à Mexico pour lutter contre le taux très élevé d’infanticide et d’avortement.
En Europe, c’est la Grande Bretagne qui a expérimente en premier la prise de la pilule contraceptive.
Si je résume la situation, la pilule contraceptive n’a pas été créée pour “tuer” les Femmes à petit feu, mais bel et bien pour luter contre l’infanticide qui était monnaie courant, à l’époque.

Sur Instagram, je vous ai posé diverses questions quant à vos moyens de contraception. Et j’ai reçu, avec beaucoup d’étonnement plus d’une centaine de messages. Je les ai tous lus. Un par un. Je vous ai répondue à chacune de vous. Vous m’avez raconté des histoires intimes, si intimes que j’en étais bouleversée. Des histoires à me hérisser les poils tellement, elles m’ont touchées et émues. Certaines m’ont fait pleurer. Pleurer de joie, mais aussi pleurer de tristesse et d’énervement. 

Pour en revenir aux faits, j’ai donc récoltées tous vos témoignages et voici ce qui en est sorti : 

Au total, il y a eu 155 personnes qui ont répondu au sondage divisé comme suit : 

♀︎39 % des abonnées ont répondu qu’elles prenaient la pilule hormonale contre

♀︎47 % le préservatif (Je n’ai pas spécifié si préservatif masculin ou féminin, mais en partant d’un principe de “logique” : préservatif masculin). 

♀︎24 % des abonnées ont répondu qu’elles ont posé un stérilet hormonal contre 16 % un stérilet en cuivre.

La dernière partie du sondage demandait combien pratiquait le retrait et combien optait pour un autre moyen de contraception (anneau, patch, moyen naturel, etc.)

♀︎12 % des personnes ayant voté pratiquent le retrait et 17 % utilisent un autre moyen de contraception. 

Je leur ai ensuite demandé « Pourquoi ce choix » ? Et c’est là que j’ai reçu une avalanche de messages – et sincèrement un putain de merci à vous ! – 

Pilule contraceptive, pourquoi ce choix ? La majorité des Femmes m’ayant répondu à ce sujet prennent la pilule contraceptive, malheureusement à cause de douleurs très fortes, d’autres problèmes gynécologiques et d’endométriose. Mais elles sont toutes d’accord sur le point que si elles avaient le choix, elles n’ingéreraient pas ce poison. Et c’est compréhensif !

Stérilet hormonal, « Pourquoi ce choix » ? Là aussi une tendance unanime : « Je ne supporte plus la pilule », « Plus envie de pilule » « Je n’avais plus envie de devoir me rappeler d’ingurgiter quelque chose » il y a alors une certaine tendance au confort puisqu’on ne souhaite plus activer cette fastidieuse alarme sur son téléphone pour nous rappeler d’avaler sa dose quotidienne d’hormones. 

Stérilet en cuivre « Pourquoi ce choix ? » La plupart des femmes qui ont opté pour le stérilet en cuivre sont également catégoriques : « Je ne veux plus d’hormones dans mon corps ». Et ceci en est la principale raison. Mais on retrouve aussi une certaine tendance au confort comme pour le stérilet hormonal. Le stérilet en cuivre est alors posé pour 5/10 ans et on y pense plus. L’aspect économique est également rentré en jeu : le stérilet en cuivre est quasiment amorti en moins d’une année. 
Le stérilet fait bien entendu débat puisqu’avec lui c’est “quitte ou double”. Soit on le supporte très bien dès la pose, soit c’est l’enfer assuré et j’ai lu plus d’avis négatifs que positifs.

Sans oublier, les risques de thromboses veineuses, embolies pulmonaires, risques de cancers du sein ou tumeurs, risques de cancer du col de l’utérus et autres cancers d’ordre gynécologique. 

Préservatifs, « Pourquoi ce choix » ? Ici aussi, la majorité des Femmes qui ont répondu ne supporte plus la pilule et beaucoup ont eu une très mauvaise expérience avec le stérilet (peu en importe la forme.). Mais la réponse qui est réellement le plus ressorti est « Je ne veux plus de merde, dans mon corps » Et selon moi, elles ont parfaitement raison ! C’est en quelque sorte une forme d’émancipation féminine, car une certaine majorité d’entre vous m’a répondu qu’elles ont opté pour le préservatif, car elles en avaient marre de porter le poids de la contraception sur leurs uniques épaules. « Pourquoi est-ce toujours aux Femmes de faire le nécessaire » ai-je lu à plusieurs reprises. « Qui a décidé que c’est à la Femme et explicitement à la Femme de prendre ses précautions »? J’ai retrouvé dans ces phrases un réel désir de « révolte » et d’émancipation. 

Les diverses méthodes de contraception naturelles :

Dans de très rares cas, certaines m’ont répondue que leur compagnon avant pratiqué une vasectomie, car plus de désir d’avoir des enfants autant pour l’un que l’autre. Ceci en a découlé à la question suivante : « Que pense votre partenaire de tout ceci ? A’t-il été compréhensif lorsque vous lui avez dit que vous ne souhaitiez plus d’hormones ou toute autre forme de contraception dans votre corps ?

C’est là que ça s’est corsé.. Ici, c’est du 50/50. Certains ont été très compréhensifs et ont accusés le coup et pour d’autres cela a fait lieu à diverses disputes et mésententes. Mais les Femmes ont été catégoriques sur le point que ce n’est pas toujours à elles d’assumer les responsabilités d’un moyen de contraception uniquement féminin. 

“La contraception ne doit pas être une charge mentale uniquement pour les Femmes. Ce n’est pas un acte féministe, mais un acte de partage de responsabilités”

Une petite minorité de personnes ont également opté pour la ligature des trompes. Un choix qui a été mûrement réfléchi au préalable par des parents qui ne souhaitent plus d’enfants. Mais là encore, je m’interroge. “Pourquoi est-ce à la femme de se faire ligaturer les trompes et pas à l’homme de pratiquer une vasectomie ?” J’ai lu et entendu beaucoup d’avis sur la question a tel point que j’ai été choquée des réponses. « Ça m’enlève ma masculinité » « La puissance de l’homme en serait réduite ». Ces comportements, sont-ils donc égoïstes ? Qui est l’égoïste au final, dans cette histoire ? J’ai été vraiment bouleversée par cette réponse. On accepte donc, de retirer à la Femme ce qui lui permet d’être Femme et de donner la vie, par contre on n’accepte pas que l’homme « enlève » sa part de masculinité.

Je m’interroge ici, simplement au rapport du patriarcat dans le domaine de la contraception féminine.

Bien sûr, pour certaines Femmes, cela paraît logique que cela soit à elles de faire le nécessaire et en aucun cas, je me permets de juger ce choix si c’est ce qu’elles souhaitent. Je m’interroge ici, simplement au rapport du patriarcat dans le domaine de la contraception féminine. Les hommes ne partagent pas, ou très peu, cette responsabilité. La question est même rarement abordée au sein des couples, tant elle semble naturellement incomber aux femmes.
En moyenne, il y a vingt-huit cas de vasectomie, par an au CHUV. «La plupart de ces patients ont la trentaine, père de deux ou trois enfants, et sont en général en couple. »
On peut également s’interroger sur la “désinformation” que le monde a sur la contraception masculine. La contraception masculine – autre que le préservatif – existe bel et bien, mais il y a beaucoup de retard car elle reste tabou.
Actuellement, il existe 5 méthodes contraceptives masculines :

♂︎ le préservatif masculin (le plus commun)
♂︎ le retrait ou coïte interrompu
♂︎ la vasectomie (irréversible)
♂︎ la méthode hormonale (nouveau et réversible) Elle est validée par l’OMS et il s’agit d’une injection hebdomadaire intramusculaire d’un dérivé de la testostérone. L’information ne spécifie pas s’il y a des effets secondaires.
♂︎ la méthode thermique (nouveau et réversible) elle est sûre et sans danger, sans effet secondaire.
Ces deux dernières méthodes sont encadrées par des protocoles médicaux et validées par deux médecins qui la prescrive depuis 40 ans. (Drs Jean-Claude Soufir à Paris et Roger Mieusset, CHU de Toulouse).
Un sondage de l’institut CSA de 2012 indique que 61% des hommes se déclarent prêts à prendre un pile contraceptive, si elle existait. **

*Sources ; https://www.24heures.ch/savoirs/sante/amour-j-decide-vasectomie/story/28614400 vous pourrez également y lire deux témoignages de deux jeunes papas ainsi que la question liée à la masculinité. 
** Sources : compte instagram @gangduclito

Parlons monde 

Comme vous devez vous en douter, je me suis beaucoup renseigné sur la question de la contraception et j’ai voulu pousser mes recherches à travers le monde. 

Il y a 64 % de femmes en couple hétérosexuel qui utilisent un moyen de contraception, le plus courant est le « DIU » soit le stérilet avec 14 % de la population féminine. En deuxième place, sans aucune surprise, ce sont les contraceptifs oraux qui ont la « côte » avec 9 % et tout de suite derrière les préservatifs masculins. Mais car oui, il y a un, mais, 36 % des femmes n’utilisent pas de contraceptions ou se fient aux méthodes dites traditionnelles qui sont : la méthode du calendrier, les plantes médicinales, le retrait et l’abstinence. Les chiffres ne disent pas si c’est une question de choix, de question financière ou une question d’ « autorisations ». 

Parmi mes recherches que j’ai voulu pousser plus loin, j’ai voulu savoir la proportion de femmes âgées de 14 à 49 ans qui ont recours à une contraception moderne. Des pays tels que la Libye, l’Inde, le Soudan, la Syrie, l’Irak n’ont pas recours aux moyens de contraception modernes. Dans la grande majorité des cas, car ce sont des pays pauvres. Les contraceptifs sont souvent un luxe. Un luxe qui est inaccessible et que les femmes ne peuvent pas s’offrir. 

Le FP2020 (Family Planning 2020) coordonne les efforts au niveau mondial pour fournir des contraceptifs à toutes les femmes qui le désirent d’ici 2020 dans 69 pays en « urgence contraceptive ». Les implants (32 %), les contraceptifs oraux (16 %) et les préservatifs masculins (15 %) sont les plus distribués dans ces pays. 

Ces statistiques montrent qu’à peu près 20 % ou plus de la population féminine n’a pas accès à des contraceptions (2017). 

Sources : l’Atlas des Femmes.- Joni Saeger aux éditions Robert Laffont. 

Pour conclure cet article, je me pose alors cette question : « Si la Femme souhaite s’émanciper et vivre ses propres rêves, selon ses propres croyances, et se protéger en ne désirant pas d’enfants, comment réussir alors à s’émanciper de la contraception sans pour autant être une féministe extrémiste ? Mais juste, une militante pour les droits Humains, sans passer pour la méchante sorcière féministe extrémiste ? » Puisque la contraception hormonale entraîne des complications sanitaires? Qui croire? Que faire? S’écouter? Découvrir sa vraie nature?

Ceci a été également de très beaux sujets que j’ai pu aborder avec vous, sur Instagram. Toutes les Femmes qui m’ont dit qu’elles ont complètement stoppé les moyens de contraception se sont vues littéralement renaître. Elles ont apprit à se connaître, connaître leur corps. Pour certaines cela a été un choc de se redécouvrir, mais toutes sans exception m’ont dit que c’était la plus belle chose qu’elles aient pu faire pour elle, pour leur féminité et leur corps. 

Et je me pose une seconde question : « Vous en tant que Mère, comment arborerez-vous la question de la contraception avec vos enfants ? Qu’ils soient fille ou garçon ? » Que diriez-vous à votre fille, si elle désire prendre la pilule contraceptive, sans pour autant avoir de problèmes gynécologique qui feraient qu’elle DOIVE la prendre? 

Comment éduqueriez-vous vos garçons sur cette question? 

Et une dernière réflexion : doit-on blâmer la société qui nous a “offert” ce moyen de contraception pour une lutte bien précise : l’infanticide et l’IVG mais qui nous pousse à développer pleins de maladies?

Des articles à lire

Contraception, les hommes commencent à s’investir http://www.leparisien.fr/societe/sante/contraception-les-hommes-commencent-a-s-investir-29-10-2018-7927062.php

La contraception dans l’histoire
http://pilule-contraceptive.e-monsite.com/pages/la-contraception-dans-l-histoire.html

Pilule, gel, slip chauffant… Où en est la recherche sur la contraception masculine?
https://sante.lefigaro.fr/article/contraception-masculine-entre-petites-avancees-et-grandes-desillusions/

Publié par

✖️Lisa 📍 Suisse 🎀Lifestyle ¦ Photos ¦ Beauty and More 👩🏻‍🏫 Je teste pour vous ... Enjoy !

4 commentaires sur « Pourquoi je ne veux pas de pilule contraceptive dans ma vie. »

  1. Merci pour cet article! Un article où je me suis reconnue de A à Z, la décision de ne pas prendre la pilule. D’une parce que j’ai toujours eu (auparavant plutôt) des soucis intestinaux et que je ne voulais en aucun cas avoir davantage de problèmes en ingurgitant la pilule! Et d’autre part car pour avoir vu mes amies changer d’humeur, oublier de la prendre leur mettant une pression… ça m’a encore plus déchanté 🤦🏾
    Récemment j’ai eu une discussion avec une amie sur ce sujet et je lui disais que tant que je peux éviter au maximum de m’implanter ou prendre une contraception par voie orale, je marcherai dans ce sens.

    Je pense que si j’ai des enfants (fille/garçon), je leur ferai comprendre les bienfaits de ne pas prendre la pilule : une sérénité, pas de sauts d’humeur changeante et surtout une compréhension de son corps par soi-même! Mais si malgré tout ma fille souhaite réellement la prendre alors je la soutiendrait mais en lui faisant lire ton article, tes témoignages et les autres articles qui ont été écrit sur les bienfaits de ne pas prendre la pilule contraceptive! Merci pour ton superbe article Lisa 🤩

    1. Merci infiniment Fabiola pour ton commentaire 😍 je suis pareil que toi, si je peux éviter de prendre quoi que ce soit, dans la mesure du possible je le ferai.
      Et pour tes futurs enfants 😜 j’espère que mon article sera encore en ligne alors 🙈🥰😘♥️

Laisser un commentaire